Tu página de

Justin
Timberlake

en español

Crónica de la presentación de «Play for Her» en París (FR) Justin Timberlake

Comunidad Noticias y opinión Crónica de la presentación de «Play for Her» en París (FR)

  • Este debate tiene 0 respuestas, 1 voz y ha sido actualizado por última vez el hace 10 años, 2 meses por Cloud.
  • Creador
    Hilo
  • #15409 Responder
    Cloud
    Invitado

    Justin Timberlake, lancement de Play for Her, de Givenchy : shooting !

    http://lajournaliste.over-blog.com/arti … 11270.html

    Lajournaliste était ce matin pour vous sur le terrain afin d’immortaliser la venue de Justin à Paris. Et il était là et bien là, preuves à l’appui : je l’ai shooté pour le plaisir des yeux, joie de recevoir ! Givenchy lance en effet la version fille de Play mais n’a pas pu se passer de son égérie masculine… à qui il fallait trouver un alter égo !

    Voilà ce que ca donne :
    Un flacon façon » Je suis l’Iphone de JLO «, rose pour l’eau de parfum et violet pour l’EDP intense, avec cerclage argenté impression strass. (Pourraient bien sortir une version limitée made in Swarovski pour Noël, hum…). L’objet déjà interpelle donc vu sa ressemblance avec un téléphone !

    Deux jus très différents et très réussis bien qu’au premier sniff ils fassent chacun penser à une fragrance existante, impression qui se dissipe après pour laisser place à deux vraies et réussies compositions. L’EDP » insouciante, lumineuse et vibrante » fait penser à Light Blue de D&G dans les notes de tête, puis se sucre comme une fleur cristalline. C’est très bon. 2h après il reste sur la peau une note douce et vanillée. ( tête : baie rose, pêche blanche, bergamote, pois de senteur, cœur : tiaré, magnolia et bois d’amyris, fond : santal et muscs).

    L’EDP intense elle, fait d’abord un peu penser à Armani Code puis se fruite et s’assombrit pour se faire presque vénéneuse. (tête : baie rose et fleur d’oranger, cœur : tiaré, orchidée et bois d’amyris, fond : santal, patchouli, fêve tonka et benjoin).

    Ensuite, le film, canon, featuring Noot Sear, mannequin jouant Heidi dans le dernier opus de Twilight. Le spot, signé Pierre Morel, à du coûter un bras à Givenchy vu les moyens mis en place : la privatisation de la Tour Eiffel pendant 2 nuits !

    Le pitch : le player à trouvé une playeuse et les voilà réunis, jouant ensemble à se courir après dans Paris… comme c’est mignon… Et romantique ! Car Justin emmène sa belle en douce visiter la Tour Eiffel, façon » Chiche ? On le fait !? » Ils courent main dans la main, grimpent les marches de fer, vraisemblablement excités par le fait de faire un truc interdit et batifolent dans les étages. Arrivés en haut, ils découvrent Paris By Night, illuminé, et sourient de contentement avant de se regarder. Il la regarde, elle le regarde, ils se regardent. Etrangement, Justin, à ce moment, à son téléphone dans la main. Peur de se faire choper par Jessica Biel, son officielle ? Meuh non, c’est pas son téléphone, c’est son parfum ! Un besoin de se reparfumer Justin ? (a transpiré en courant dans les escaliers ?) On ne sait pas. Toujours est-il qu’on ne voit pas le parfum féminin, ce qui est étrange… Enfin, peut être qu’ils finissent par s’ennuyer un peu car dans la pub papier, perchés sur leur balcon, chacun regardant dans une direction opposée, ils partagent des écouteurs…

    DONC c’était bien son téléphone !!! (Jusqu’à preuve du contraire on n’écoute pas de musique via un flacon de parfum !) Ou alors c’est un ipod pour faire écouter ses morceaux à Noot…

    Bref, ils sont beaux, le film est vraiment réussi, fort esthétiquement et finalement dans le scénario aussi : laquelle d’entre nous n’aimerait pas qu’on l’emmène faire des cabrioles nocturnes dans la tour Eiffel rien que pour elle ? (que celles qui ont le vertige s’abstiennent de répondre et de tout gâcher !).

    Dans la vraie vie, ce matin donc, Justin était très très calme. Il n’y parait pas car je l’ai chopé souriant mais il était plutôt sérieux, visage comme sur la première photo à gauche, ses sourires étant furtifs. Voix posée, mignon et intelligent, il est resté assez longtemps en fait, environ 25 minutes… mais bon, rien d’incroyable. Je m’attendais à un charisme plus international…Et quand au moment de lui sauter (quand même) dessus afin d’être la seule à a voir une photo avec lui, son garde du corps (148kg, densité corporelle maximale) s’est mis sur mon chemin…j’ai pas luté et ils ont disparus en 2 secondes…je me suis consolée avec une jolie photo devant le photocall reprenant le fond parisien du film…

    Voilou les filles, je vous laisse aux photos, hein, surtout celle où il me regarde dans les yeux, à travers l’objectif…

    I’m bringing sexy back : Justin Timberlake à Paris

    http://blogs.femina.fr/blogsexo/2010/06/15/i‘m-bringing-sexy-back-justin-timberlake-a-paris/

    Je vous vois déjà pousser les hauts cris en apercevant ces photos-là.

    Il y aura une première catégorie de cris :
    «Hiiiiiiiiiiiiii, Justiiiiiiin ! Sexy Back à Paris? Blogueuse sexo l’a approché ? Ahhhhh, mais il est comment en vrai !! Non, ne ne dis pas, trop jalouse, je veux pas savoir. De toute façon, paraît qu’il est toujours avec Jessica Biel. Elle était au Grand Journal hier. C’est pas un hasard ça.» Je passe les quolibets et autres noms d’oiseaux qui me seraient par là même sûrement destinés, la fan jalouse peut être féroce. Britney en son temps en avait même fait les frais… De la chair à pâté qu’on ferait de moi.

    Et une deuxième catégorie de cris, plus légitime sûrement :
    «Horreur, malheur, comment oser publier des photos si approximatives. C’est flou, pas centré. Autant dire que c’est fou ! Une honte, même ! Autant ne pas se la ramener si c’est pour ramener de tels clichés.» Là, je ne peux que m’incliner devant la piêtre qualité… Cependant, avant de prêter le Sexy Back à la critique (le dos qu’on dit), laissez-moi m’expliquer (et non pas danser comme dirait l’autre).

    A la première catégorie, je répondrais qu’il est certes ingrat d’octroyer à une blogueuse sexo le droit de rencontrer Sexy Back quand en plus elle n’est même pas fan au dernier degré du jeune homme. C’est que j’ai je crois toujours la dent longue contre lui depuis qu’il s’est répandu en invectives contre Britney. On ne touche pas à Brit Brit, on ne l’écorne pas. Non mais ! N’empêche que depuis son fameux retour en fanfare à grand renfort de «Sexy Back», la bête a commencé à m’amadouer. C’est donc avec une certaine curiosité que j’ai tendu le bout de mon nez pour apercevoir Justin Timberlake au milieu de la marée humaine qui l’entourait.

    A la seconde catégorie, je répondrais qu’en termes photographiques je suis certainement bonne à brûler. Mais si j’ai décidé de poster néanmoins ces quelques clichés rescapés (il y en a d’autres mais sur lesquels Justin a encore davantage l’air d’un mini pouce), c’est pour vous donner ma version des faits. Voyez vous, les quelques fois où j’ai eu l’occasion d’approcher de plus ou moins près des célébrités, j’ai toujours eu alors une attitude plutôt réservée dont j’entends m’expliquer.

    Premier fantasme, je me dis que la dite célébrité doit en avoir assez de se faire harceler et que de fait, la meilleure façon de se faire remarquer c’est encore de rester calme, respectueuse, en retrait. Imaginez un peu deux secondes en effet que Justin Timberlake soit l’objet de votre affection. Si ce n’était pas une célébrité, vous n’iriez pas vous jeter sur lui, vous ne lui pointeriez pas votre appareil sous le nez quitte à vous arc-bouter au risque de lui montrer votre petite culotte pour le capturer sur papier glacé…

    Entre nous, les paparazzi sont là pour ça, les magazines aussi, sans parler d’Internet où en temps presque réel on peut retrouver un cliché en HD à faire pâlir notre modeste photo. J’ai donc finalement toujours préféré adopter la posture de la spectatrice. Pendant que tout le monde s’agglutine et oublie d’écouter la célébrité pour la photographier, je préfère pour ma part la regarder, l’observer, la scruter, l’écouter. Ce qui me permet de vous dresser un portrait sur le vif de Justin Timberlake à défaut certes de l’avoir photographié sous toutes les coutures.

    Justin donc, il n’est pas très grand, ni très barraqué. Il a en revanche de l’allure, du charisme même, un goût plutôt sûr en matière de look, des lunettes bien dessinées vissées sur le nez qui virilisent un peu son visage pas assez buriné à mon goût. C’est que Sexy Back conserve un air très juvénile malgré les années. Et surtout, et c’est ce qui m’a charmée, il est discret, je dirais même un peu en retrait. C’est tout juste s’il ne s’excuserait pas d’être là entre deux anecdotes volontiers partagées avec l’assemblée hélas pas très concentrée. Justin et moi, même combat.

    Justin a en somme vraiment l’air étonné d’être là et semble complètement ignorer l’effet qu’il fait sur l’assistance réunie. Il a le charme désuet de celui qui n’a pas toujours épater les minettes et n’en revient toujours pas. N’oublions pas que Justin a démarré avec les cheveux décolorés et la coupe de Boucle d’Or, il revient donc de loin. Il semble également un peu déçu qu’on ne l’écoute pas avec davantage d’attention. Je crois qu’il aurait bien aimé rester plus longtemps. J’ai l’impression que le côté impersonnel de la conférence de presse très peu pour lui. Mais la journée d’un Sexy Back est menée rondement, tambour battant. Alors aussitôt terminé il repart, fendant l’assemblée, suivant son staff afféré.

    L’air égaré, il demande à qui veut l’entendre ce qu’il doit faire du micro qu’il a toujours dans les mains alors que déjà une horde de caméras et appareils photos lui emboîte le pas. Moi le micro je l’aurais volontiers récupéré pour l’aider… De fait, il avait l’air tellement égaré Justin que là non plus je n’ai pas dégainé l’iPhone alors qu’il me frôlait pourtant de très près. C’est bien connu, ces photos-là sont toujours ratées parce que le temps de dégainer et le people est déjà passé. Je me suis donc contentée de le regarder passer pour capturer au sens figuré cet instant suspendu : Justin ne sachant pas quoi faire d’un micro… Un comble ! Et voilà que me vient a posteriori cette idée, j’aurais du lui proposer de l’utiliser pour chanter. Ça l’aurait peut-être fait rigoler. Sur ce plan-là donc, j’en conviens, j’ai déconné…

    PS : pour que le mystère soit intégralement levé, sachez que Justin Timberlake était aujourd’hui à Paris pour présenter le nouveau parfum féminin Givenchy… Play for her, à apercevoir ici.

Re: Crónica de la presentación de «Play for Her» en París (FR)



Anuncios Actualizaciones del sitio y otros anuncios

Buscamos editores y editoras para la página web; te centrarías en la traducción de artículos y entrevistas en inglés relacionadas con cualquier aspecto de actualidad que gire en torno a Justin Timberlake: música, cine, deportes, moda, eventos, etcétera.

Si quieres formar parte del equipo de publicación de la web, tienes un nivel medio-alto de inglés y suficiente disponibilidad: contacta con nosotros.

¡Únete al equipo!