#Timberlaker del mes...
Google+ Hangouts
Vota ahora...
Not A Bad Thing...
Michael Jackson
World Tour...
The 20/20 Experience...
TKO...
Take Back The Night...
Legends of the Summer...
Rock In Rio...
Enlázanos...
TimberlakeSpain.com
Compra ahora...
Síguenos en Facebook...
La Red Social...

La nueva película se estrena
en los cines españoles el 15
de octubre. Descubre todos
los detalles de su promoción en
Madrid: La Red Social.
   - Noticias y entrevistas
   - Videos y fotos
The Open Road...
La nueva película de Justin
se estrena este agosto en los
cines de EE.UU. Descubre todos los detalles a continuación: The Open Road.
  1. Noticias
  2. Fotos promocionales
  3. Trailers
My Name Is...
La nueva canpaña multimedia
de William Rast ha comenzado en agosto, descubre todos los detalles en a continuación: My Name Is William Rast.
  1. Nota de prensa
  2. Fotos promocionales
  3. Cortometrajes
Mapa de visitantes...
Información...
Desarrollo/diseño: Acerca de
En línea desde: 28/07/2006
Visitas: +500,000 únicas
Contacto...
Si quieres enviar una noticia, imagen, sugerencia o comentario al webmaster haz clic aquí.

Entrevista/sesión fotográfica en la revista Le Vif/L’Express

Fecha 15 de marzo, 2012 Comentarios 0 Comentarios Categorías Categorías: Galería,Noticias

Historia de éxito. El maestro del juego. A los 31 años, Justin Timberlake se adentra en su vida, preparado para lo mejor que le está esperando. Una revelación como actor gracias a David Fincher, acaba de trabajar con los hermanos Coen para actuar junto con Clint Eastwood. La revista belga Le Vif/L’Express, entrevista al cantante en su edición del 9 de marzo con motivo del nuevo perfume de Givenchy, Play Sport.

La face cachée de Justin Timberlake

D’ordinaire, en junket – cet exercice de style qui consiste à tirer le meilleur et surtout à éviter le pire du people que vous partagez avec d’autres journalistes le temps d’une rencontre chronométrée –, les stars américaines sont plutôt easy going, comme on dit à L.A. Du genre à vérifier à votre place que votre enregistreur fonctionne. À vous“hugger” à la sortie. Justin Timberlake, lui, n’a plus besoin de jouer les mecs cool. Ce costard-là, il l’a mis au placard en même temps que les colliers bling-bling de sa période ‘N Sync. Entre l’arrogance et la distinction, la frontière est ténue.

Mais en garçon bien élevé par une mère attentive, il sait ce que le mot politesse signifie. Le beau gosse de Millington, Tennessee, drapé dans un froideur tantôt sèche, tantôt ironique, esquive avec classe les questions qui le dérangent. D’une élégance à la rien à redire dans son total look Givenchy, le chanteur de R’n’B reconverti en acteur de cinéma que le Tout-Hollywood s’arrache garde la main sur tout ce qui se passe. Au jeu du chat et de la souris, le player, c’est lui. La preuve, par cinq coups de maître.

Justin Timberlake n’a pas de gêne à jouer perso. Sinon, il n’aurait jamais réussi à se désengluer de sa phase boys band.“Pour moi, chanter en solo, c’était saisir l’occasion de faire enfin la musique que je voulais”, justifie l’ex-leader des ‘N Sync. Entre les (gros) coups de sa carrière, l’élégant trentenaire ne jure que par les temps de pause en solitaire.“J’aime tout ce qui va me couper du monde, poursuit-il. Conduire, souvent trop vite d’ailleurs, pour me vider la tête, me retrouver.” Quand il ne se fait pas héliporter avec son snowboard au beau milieu des champs de poudreuse du parc Yellowstone, c’est avec son sac de clubs qu’il s’isole pour un 18 trous.“Au golf, comme sur scène ou devant une caméra, tout est question de rythme, de lâcher prise, insiste-t-il. Si vous êtes capable de rater votre coup, vous deviendrez un bon golfeur. Le tout est d’apprendre et de réussir à s’accepter.”

Justin Timberlake aime jouer à se faire peur. D’ailleurs, il n’arrête pas d’enchaîner les mises en danger depuis le début d’une carrière jalonnée de succès.“Chaque fois que j’entreprenais quelque chose de nouveau, il y avait quelqu’un pour me demander si je me sentais à la hauteur, rappelle-t-il. Je ne me compare pas sans cesse à d’autres ou à ce que j’ai été. Ça n’a aucun sens de mettre en balance deux films entre eux et encore moins de comparer la musique et le cinéma. Quoi que vous essayiez, vous devez d’abord gagner vos galons. Et cela prend du temps. Cela fait un moment maintenant que je me laisse séduire par les opportunités. Si vous avez la chance d’être à ma place, c’est un peu votre devoir de vous laisser inspirer.” Son talent de“performer” qu’il démontre depuis l’âge de 10 ans, se double d’un sérieux sens des affaires qu’il doit à son banquier de beau-père : Justin qui“fait” aussi dans la vodka et le sportwear vient d’investir plusieurs millions de dollars dans Myspace. Lui qui, cela va de soi, n’a rien à faire sur Facebook.

Justin Timberlake ose se jouer de lui. Sans quoi, il ne se serait jamais trémoussé en body, façon“Beyoncette” dans l’arrière-plan d’un (faux) remake du clip Single Ladies. Invité régulier du show télévisé américain Saturday Night Life, il n’a de cesse de s’autoparodier pour mieux ridiculiser les étiquettes de chanteur de charme R’n’B ou de séducteur-né qu’on lui colle sur le dos. On est loin là de l’image policée de gentleman sudiste qu’il endosse pour Givenchy. Un rôle comme un autre, en somme.“Il y a du bon à remettre en cause le personnage Timberlake, ironise-t-il. Jouer la comédie ne m’a pas transformé. Ça m’a plutôt aidé à découvrir des aspects nouveaux de ma propre personnalité. Pour réussir à m’identifier à un personnage, je dois intérioriser pour saisir ce qu’il ressent. C’est un peu comme une thérapie.”

Justin Timberlake veut jouer dans la cour des grands. Surtout depuis qu’il est devenu le temps d’un film le trouble et troublant Sean Parker. Le truc magique que l’on pourrait appeler“l’effet David Fincher”. Une sorte d’opération relooking avant/après, mais en mieux. Même si ça l’agace un peu de l’admettre aujourd’hui.“Non, l’acteur que je suis n’a pas pris définitivement le dessus sur le musicien, réfute-t-il. Je n’ai pas sorti de troisième album depuis un moment parce que j’ai toujours aimé prendre mon temps. Je suis mon instinct, sans plan de carrière précis. Cela me permet de dire oui à ce qui s’offre à moi.” En l’occurrence un rôle dans le prochain long métrage des frères Cohen Inside Llewyn Davis, aux côtés de Carey Mulligan et un face à face à l’écran avec l’immense Clint Eastwood. Quand il mettait ses potes au défi de se faire faire des cartes de visites disant“David Fincher m’a mis dans son dernier film”, ce n’était peut-être pas une vanne pourrie, finalement.

Justin Timberlake sait jouer les prolongations. Fidèle à Givenchy depuis 2008, il remet le son de la Play list en prêtant ses traits à la nouvelle fragrance de la marque française. Même si Justin ne chante plus, le flacon de la version Sport ressemble toujours à un iPod. Le jus nerveux, glacé même, grâce à des notes de gingembre et de menthe mêlées, réveille les sens comme un vent de matin d’hiver. Quand il parle parfum – mieux vaut le savoir, les fleuris pour un mec ce n’est vraiment pas son truc -, c’est à l’after-shave de son grand-père qu’il pense.“Il portait Brut de Fabergé, se souvient-il. Et ça lui allait très bien. Pas mal de membres, plutôt âgés comme vous l’imaginez, du club de golf où je joue régulièrement à Los Angeles, se parfument encore avec ça. Mon grand-père William était un gars très costaud mais tout doux, tout cool, tout calme. Quand je sens cette odeur, je me retrouve assis sur ses genoux, le nez contre sa joue, en train de le convaincre de me donner un dollar. Et ça marchait à tous les coups. J’essaie de lui ressembler autant que possible.” Papy Willy où qu’il soit aujourd’hui peut être fier de lui.

on lui colle sur le dos. On est loin là de l

No hay comentarios »
Todavía no hay comentarios.
Escribe un comentario


Anuncios y reglas
Puedes usar estas etiquetas XHTML: <b> <cite> <code> <i> <strike>
El correo electrónico es requerido pero no será publicado
No publiques correos electrónicos en el comentario
Los comentarios ofensivos serán eliminados/modificados sin previo aviso